dans Culture, Histoire, Panafricanisme, Politique

Fela Kuti : SUFFERING AND SMILING

Souffrir en ce bas monde pour gagner le paradis, c’est ce que nous chantent depuis toujours les religieux. Vous croyez ces hypocrites ? Je demande à tous de vous mettre à l’abri de toute propagande qu’elle soit catholique, anglicane, musulmane ou je ne sais quelle secte, car ils nous polluent l’esprit. Ouvre bien tes oreilles pour écouter la vérité que je vais dire: le prêtre, le bishop(2) et l’imam sont tous des bons vivants.

 fela-kuti-suffering-smilin

Au lieu de réaliser cette évidence, les miens se font embobiner par les religieux. Chaque année ils sacrifient tout leur argent pour effectuer le pèlerinage à Rome, à La Mecque ou à Londres. Sur les lieux de culte, comme des tarés, ils gesticulent et se mettent à réciter des inepties qu’ils ne comprennent même pas : « spiritus havenus, spiritus cassisusus, yallahoo, yallahoo… ».

 

Ce que je vais te confier maintenant, c’est top secret, c’est une affaire ultra-confidentielle, n’en souffle un mot à personne. C’est entre TOI et MOI. C’est notre lot quotidien, nous autres Africains. Alors écoute : chaque jour les miens utilisent des transports en commun pour se rendre au travail. Ils sont quarante assis et quatre vingt-dix debout, les uns sur les autres serrés comme des sardines. Souffrants et souriants. C’est un véritable chemin de croix sur le périphérique : go slow(3) monstre, racket de la police. A la maison, pas d’électricité, pas d’eau courante. Les poches sont désespérément vides et trouver du travail est très difficile. Et chaque jour, c’est pareil. Ô mon peuple, quelle galère ! Quelle galère !

(1) : Souffrir et en sourire

(2) : Prêtre du christianisme anglican

(3) : Littéralement «va doucement », désigne les embouteillages monstres dans les rues de Lagos

Commenter

Commenter