dans Actualité, Histoire, Kamitisme, Panafricanisme, Politique

Le passeport panafricain est une distraction

Le 7 juillet 2016, l’Union Africaine a décerné aux président du Rwanda Paul Kagamé et du Tchad, Idriss Déby, les premiers passeports panafricains, permettant de circuler dans toute l’Afrique sans visa. L’objectif affiché étant de rendre accessible ce passeport à tous les africains d’ici à 2020.

Si l’idée n’est pas mauvaise en soi, elle a un timing complètement irréaliste (2020, c’est dans 4 ans !) mais pire encore, elle ne répond en rien au vrai problème qui se pose à l’Afrique aujourd’hui.

Le vrai défi n’est pas de prôner l’intégration économique à la manière de l’Union Européenne et de finir avec des Brexits, mais de travailler pour l’unification politique du continent.

Cheikh Anta Diop l’avait déjà parfaitement expliqué dans son ouvrage, Les fondements économiques et culturels d’un Etat fédéral d’Afrique noire.

etat-fedral

La première condition du développement économique de l’Afrique, c’est son unité politique, c’est l’Etat fédéral, ce sont les Etats-Unis d’Afrique. Mettre l’économie avant le politique sur cette question, c’est mettre la charrue avant les boeufs. Avec des économies divisées et tournées vers l’extérieur, des droits de douane dans tous les sens, des politiques étrangères séparées, des armées rachitiques, des industries embryonnaires ouvertes à la concurrence étrangères via l’OMC, le FMI etc., des gens qui n’ont même pas leur propre monnaie (pays de la zone CFA, c’est de vous qu’on parle !), l’impact de ce projet sera tout à fait nul.

Mention spéciale tout de même à la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est, qui est la seule pour l’instant à afficher l’objectif ambitieux de créer un Etat fédéral à terme, en fusionnant la Tanzanie, le Kenya, l’Ouganda, le Rwanda, le Burundi et le Sud-Soudan dans un seul super-pays. C’est sur cette voie que les panafricanistes et kamits doivent travailler aujourd’hui. Ne nous laissons pas distraire par les ballons de baudruche lancés par l’Union Africaine, qui finissent toujours par se dégonfler en plein vol.

Commenter

Commenter

  1. Observation tout à fait intéressante et valable. Un tel projet justement aurait une meilleure portée dans une sphère politique et économique plus acquise au service du continent. Il n’en démeure pas moins que l’initiative du projet du passeport africain mériterait des encouragements. Mieux encore, interpeller nos dirigeants afin de leur souligner l’importance du travail à faire pour mettre sur pied des bases solides d’une sphère panafricaine dans tous les domaines de la vie spirituelle, politique, économique.